4 conseils sur comment dire à un patient qu’il est atteint d’une pathologie incurable

Bien choisir les mots pour annoncer une maladie grave à une personne requiert du tact et de la délicatesse. C’est un message qui marque un changement radical du cours de la vie du patient, ainsi que de sa perception de l’avenir. Cette annonce va en effet marquer la possibilité de la fin de vie, de ce fait elle mérite d’être bien jaugée et choisie.

Comment supporter une personne qui vient d’entendre l’annonce de maladie grave ?

Une mauvaise nouvelle reste difficile à digérer, quelle qu’elle soit. Cependant, la manière comment elle est annoncée peut la rendre plus ou moins dévastatrice pour la personne qui la reçoit. L’annonce de maladie grave par une personne doit tenir compte de l’état émotionnel du patient, selon le degré de la maladie. La constatation d’un diagnostic non prometteur pour la personne malade ou l’annonce d’une certaine maladie qualifiée comme incurable, comme le cancer, suscite chez le patient un effet traumatique. Cela provoque une forte émotion et cause parfois un état d’anéantissement de ses fonctions vitales sous l’effet du choc émotionnel. À partir de ce moment, les procédures et les préparations pour l’accompagnement émotionnel et psychologique du patient pour le reste de sa vie ainsi que le déroulement des obsèques lors du décès doivent être considérées. Une entreprise de funérailles à Caen peut s’occuper de funérailles personnalisées pour votre proche atteinte de maladie grave. Caen est une ville située au Nord-ouest de la France, grâce à ses richesses culturelles elle est considérée comme la capitale intellectuelle et culturelle de la Normandie.

L’annonce de maladie grave est un moment délicat qui annonce la fin des projets de vie du patient. La difficulté de l’annonce réside sur cet état de fait, il faut donc bien choisir les mots pour éviter de susciter des émotions négatives pour le patient ainsi que pour sa famille.

1) Bien choisir les mots lors de l’annonce

La personne qui annonce la nouvelle doit tenir en compte de l’information qu’elle va donner aux patients ou à la famille. Si c’est un médecin, il doit bien expliquer les détails de la maladie et ses conséquences sur le corps du malade.

2) Se mettre à la place du patient et comprendre ses émotions

Il faut bien comprendre que cette annonce change radicalement et négativement l’idée que le patient a de son avenir. Comprendre cette situation amène chaque personne à mieux comprendre les sauts d’humeur et les angoisses du malade ou même de sa famille.

3) S’attendre au pire

Savoir que tout autour de soi s’effondre en une seconde provoque un effet traumatique dans la plupart des cas. Les différentes étapes du processus d’acceptation varient d’une personne à une autre. Il y aura par exemple des moments de colère comme la projection agressive où le patient, sous l’effet de l’angoisse, devient agressif envers son entourage.

4) Savoir accompagner le patient tout au long de ce passage

Pour atteindre la phase d’acceptation, que ce soit pour le patient ou pour ses entourages, des accompagnements psychologiques et émotionnels doivent être réalisés par des spécialistes comme un psychologue. Il veille, analyse et améliore l’état psychologique et mental du patient. Il apporte aussi des soutiens psychosociaux ainsi que spirituels aux proches.